RUSSIE – Trois nouveaux points de contrôle pour l’entrée avec un e-Visa

Le visa électronique gratuit permettra d’entrer en Russie depuis trois nouveaux postes frontaliers d’Extrême-Orient.

L’e-Visa russe, dans sa version pilote actuelle, va évoluer dès la réouverture des frontières (photo: AdobeStock)

Publié le 27 Juillet 2020

 


🛫 #VoyagezInformés 📰

Inscrivez-vous ici 📧  à notre newsletter et abonnez-vous aux réseaux sociaux du MEAE pour vous tenir informé des actualités internationales sur les formalités voyages 🗺 .


Après l’ouverture des frontières, les voyageurs internationaux pourront entrer en Russie avec un e-Visa via trois nouveaux checkpoints situés dans la partie extrême-orientale du pays.

 

Ces points de contrôle sont les suivants:

  • un checkpoint fluvial à Khabarovsk (kraï de Khabarovsk)
  • un checkpoint mixte, fluvial en été et automobile en hiver, à Blagovechtchensk (oblast de l’Amour)
  • un checkpoint automobile à Kyakhta (république de Bouriatie).

 

Cette décision a été adoptée le 23 Juillet dernier par l’ordonnance 1910-r signée par le Premier Ministre russe, Mikhail Mishustin.

 

Ces trois nouveaux points de contrôle viendront donc s’ajouter aux dix déjà proposés, depuis 2017, pour arriver en Extrême-Orient russe sur présentation d’un e-Visa gratuit, à savoir, les aéroports d’Anadyr (Ugolny), Blagovechtchensk, Vladivostok (Knevichi), Petropavlovsk-Kamchatsky (Elizovo), Ulan-Ude (Mukhino), Khabarovsk (Novy), Chita (Kadala) et Yuzhno-Sakhalinsk (Khomutovo) ainsi que les points de contrôle automobile de Poltava et Turiy Rog dans le Primorié.

 

Outre la partie extrême-orientale du pays, l’entrée en Russie sur présentation d’un visa électronique peut s’effectuer depuis l’enclave de Kaliningrad (et sa région) ainsi que Saint-Pétersbourg (et la région de Leningrad) pour un séjour maximal de 8 jours dans le cadre d’un déplacement touristique, d’affaires ou humanitaire (scientifique, culturel ou sportif).

 

À compter du 1er Août 2020, la Russie reprendra partiellement la délivrance des visas toutes catégories ainsi que ses vols internationaux depuis et vers 3 pays, la Grande-Bretagne, la Turquie et la Tanzanie. Principe de réciprocité oblige, les touristes européens ne seront pas pour le moment autorisés à entrer en Russie, l’UE n’ayant pas placée cette dernière sur sa liste de « destinations sûres » …

 

Dès le 1er Janvier 2021 et l’entrée en vigueur du visa électronique unique, les voyageurs éligibles, dont 53 nationalités* sont déjà connues, pourront visiter l’intégralité de la Russie. La validité de cet e-Visa sera de 60 jours, dès approbation en un délai maximal de 4 jours ouvrés, il permettra d’effectuer un séjour de 16 jours et coûtera 40$ (∼ 35,00€).
*Allemagne, Andorre, Arabie Saoudite, Autriche, Bahreïn, Belgique, Bulgarie, Chine (y compris Taiwan), Chypre, Corée du Nord, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Inde, Indonésie, Iran, Irlande, Islande, Italie, Japon, Koweït, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Macédoine du Nord, Malaisie, Malte, Mexique, Monaco, Norvège, Oman, Pays-Bas, Philippines, Pologne, Portugal, Qatar, République Tchèque, Roumanie, Saint Marin, Serbie, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Suisse, Suède, Turquie et Vatican.

 

Moscou lance sa plateforme numérique de voyage: RussPass

 

RussPass est une plateforme numérique de voyage qui comprend un site internet ainsi qu’une application mobile pour l’utilisation de divers services par les touristes, comme l’obtention du e-Visa.

 

(photo:russpass.ru)

 

Créée par le gouvernement de Moscou, en collaboration avec le Ministère russe du développement numérique, des communications et des médias, la plateforme, actuellement en version test, permettra aux touristes de créer des itinéraires intéressants dans la capitale et ses environs, d’acheter des titres de transport, des entrées pour des musées, des expositions ou des excursions.

 

« La plateforme de voyage a été lancée pour résoudre le problème de la numérisation de l’industrie du tourisme afin de stimuler le tourisme intérieur, dans un premier temps, puis international. Elle aidera nos touristes à planifier leur voyage le plus confortablement possible non seulement à Moscou, mais aussi en Russie, selon leur budget, leurs centres d’intérêts et leurs objectifs de voyage » a déclaré la directrice générale adjointe de la coopération régionale du bureau de projet pour le développement du tourisme et de l’hôtellerie à Moscou, Maria Kiseleva.

 

Kiseleva prévoit « qu’après l’ouverture des frontières et la reprise du tourisme international, des utilisateurs des pays du monde entier rejoindront également la plateforme, RussPass étant pour l’instant traduite en deux langues étrangères, l’anglais et l’espagnol. À l’avenir, la liste des langues s’élargira pour inclure le coréen, le chinois, l’allemand, le français et d’autres » .